samedi 30 avril 2011

Beignets de fleurs d'acacia



Ingrédients :

- 15 grappes de fleurs de robinier  faux acacia
- 1 oeuf
- 250 G de farine
- 20 cl de lait
- 20 cl d'eau tiède
- quelques gouttes d'eau de fleur d'oranger ou une cuillère à soupe de cognac ou de rhum.

- 1 pincée de sel
- 1 c à soupe de sucre en poudre

Préparation :


Mettre la farine dans un grand saladier et creuser un puits, dans ce puits ajouter l'oeuf,  le sel, le sucre, la fleur d'oranger, mélange les ingrédients à l'aide d'une cuillère en bois, tout  en versant doucement l'eau tiède.



Laissez reposer la pâte pendant 1 heure.

Faire chauffer l'huile votre huile dans un poele. Trempez les grappes dans la pâte et plongez-les dans un bain d'huile bien chaud.

Disposez les beignets sur du papier absorbant, saupoudrez vos beignets avec du sucre glace..


jeudi 28 avril 2011

CROQUETTE ( achonmon ou atchomon )


Ingrédients :

 1 kg de farine de blé 
  1/2 kg de sucre en poudre 
  2 oeufs 
  1 noix muscade 
  1 pincée de sel 
  2 cuillérées à soupe de margarine 
  1 litre d’huile d’arachide

Préparation :

Diluer le sucre dans un verre d’eau, mettre la farine dans un grand saladier, casser les oeufs et les verser sur la farine, verser les deux cuillérées à soupe d’huile d’arachide sur la farine, ajouter deux cuillérées de margarine, verser la noix de muscade et le sucre dilué.

Mélanger le tout jusqu’à ce que vous obteniez un pâte homogène.
 
Réajuster l'eau jusqu’à ce que la pâte soit tendre, la pâte doit être consistante.

Sur un plan de travail étaler une pluie de farine, découper la pâte en petit morceau, l'étaler avec un rouleau pâtissier ou une bouteille, découper des figurines ou simplement en dé.

Verser un demi-litre d’huile dans une poêle ou une friteuse,  laisser chauffer et verser la pâte découpée l’huile en évitant qu'elle ne colle
enlever du feu dès que les morceaux sont dorés.

Laisser refroidir.

Le Coca tue-t-il le sperme ?


Il y aura 125 ans le 8 mai que John Pemberton, un pharmacien d’Atlanta, a inventé le Coca-Cola. Vendu à l’époque en pharmacie, le soda est supposé avoir les vertus bénéfiques des boissons gazeuses et son créateur dit qu’il soigne l’addiction à la morphine (dont Pemberton était lui-même victime), la neurasthénie, les maux de tête et… l’impuissance. Deux de ses composants originels étant les feuilles de coca (contenant de la cocaïne) et les noix de cola (contenant de la caféine), on lui prête également des effets stimulants pour le cerveau.
La firme d’Atlanta dut d’ailleurs à ce sujet endurer un marathon juridique il y a un siècle, après avoir été poursuivie par le directeur du Bureau de chimie du département de l’agriculture. Ce dernier, Harvey Washington Wiley, menait une croisade contre la caféine qu’il accusait d’être un poison et une drogue. Après cinq ans, l’affaire se terminadevant la Cour suprême des Etats-Unis, qui donna tort à Coca-Cola, exigea que l’entreprise paye les frais de justice et réduise le taux de caféine de son soda. Pourtant, le fabricant de boissons s’était adjointles services de chercheurs pour montrer que son produit-vedette n’était pas dangereux. Des décennies plus tard fut commercialisée une version sans caféine.
On le voit à ce résumé historique, la réputation “sanitaire” de la boisson la plus connue du monde a toujours oscillé entre “tonique” et “poison”. Ce que personne n’aurait imaginé, c’est que certaines femmes s’en serviraient comme… spermicide post-coïtus. Comme le rapportait en 2008 Deborah Anderson, professeur de gynécologie-obstétrique et de microbiologie à Boston, dans le British Medical Journal, cette utilisation peu conventionnelle du soda s’est rencontrée surtout dans les années 1950 et 1960 par manque de moyens contraceptifs et notamment avant l’autorisation de la pilule. Cela dit, l’auteur souligne que cet usage perdure aujourd’hui. Même si le produit n’est pas dénué d’aspects pratiques (agitez la bouteille et insérez-la, le liquide gazeux fera le reste…), il n’est pas vraiment conseillé de se faire une douche vaginale au Coca-Cola.
Tout d’abord, le soda attaque les cellules de l’organe femelle de la copulation et leur fait perdre une partie de leur imperméabilité, le tout rendant le vagin plus sensible au virus du sida. Ensuite, le sucre contenu dans la boisson peut favoriser les infections fongiques ou bactériennes et avoir des effets négatifs sur le lactobacille, un élément important de la flore vaginale (ce n’est pas une raison suffisante pour remplacer le Coca classique par du Light…). Enfin, et c’est sans doute le plus important, les effets spermicides du Coca-Cola ne sont pas vraiment avérés. Une première étude, menée en 1985 par une équipe dont Deborah Anderson faisait partie, avait montré, in vitro, qu’avec un rapport de cinq volumes de soda pour un volume de sperme, les spermatozoïdes étaient immobilisés en une minute. Une seconde étude, menée deux ans plus tard à Taïwan, toujours in vitro, a révélé une efficacité bien moindre.
De toute manière, même si les qualités spermicides du Coca étaient bonnes, étant donné que les spermatozoïdes parcourent jusqu’à 3 millimètres par minute, nul doute que la douche vaginale après le rapport sexuel ne pourrait venir à bout de tous les prétendants à l’ovule et que certains se seraient déjà mis à l’abri dans le col de l’utérus (où d’autres dangers les attendent). Une manière de remédier à cela serait d’utiliser la charmante petite bouteille avant le rapport. Mais, comme le fait remarquer non sans humour Deborah Anderson, hormis le fait que ce serait un peu dégoûtant pour Monsieur, “tout comme peut en témoigner quiconque a jamais essayé d’avoir des rapports sexuels dans une piscine ou dans la mer, un excès de fluide trop liquide dans le vagin peut affecter la lubrification de manière négative”. Pour ma part, je trouve que cette explication manque de références scientifiques mais je suis disposé à croire une femme de l’art… Conclusion : même si, comme l’avait montré le film Les Dieux sont tombés sur la tête, on peut faire beaucoup de choses avec une bouteille de “Coke”, en matière decontraception mieux vaut laisser le Coca dans sa bouteille et sa bouteille dans le frigo.
Pierre Barthélémy

mercredi 27 avril 2011

Le sorbet au coco









Ingrédients : 


3 noix de coco,
- 2 boîtes de lait concentré sucré,
- 1 beau bâton de cannelle,
- noix de muscade
- vanille
- 1 zeste de citron vert,
- 1/2 cuil. à café d'essence d'amandes amères.
- 1 sorbetière,
- 3 à 4 pains de glace,
- 1 à 2 kg de gros sel.


Préparation :

Cassez les noix de coco et enlevez la fine peau brune (plus de détails). Râpez.


Faites bouillir 1 litre d'eau en y ajoutant la cannelle, un peu de noix de muscade râpée et le zeste de citron vert.



Retirez la casserole du feu et ajoutez la pulpe de coco râpé, mélangez et laissez refroidir complètement.


Dans une grande serviette propre posée au-dessus d'un récipient, versez, par petites quantités, la pulpe et l'eau et pressez pour en extraire le lait.


Ajoutez le lait concentré au jus obtenu, ajoutez l'essence d'amandes amères.


Versez le tout dans le récipient à pales de la sorbetière.

Cassez la glace en morceaux et répartissez-la autour du réservoir, sans oublier de parsemer de gros sel.


Il ne reste plus qu'à "tourner le sorbet". Lorsqu'on éprouve quelques difficultés à tourner la manivelle, le sorbet est prêt à être dégusté.

lundi 25 avril 2011

Le matoutou ou matété de crabes

Matété


Le Matoutou ou Matété (différence de noms entre la Martinique et la Guadeloupe) est un plat traditionnellement servi lors des fêtes de Pâques et Pentecôte. On utilise des crabes de terre qui ont plus de goût que les crabes de mer, ils sont plus charnus et leur chair est plus fine. Veillez à les nettoyer soigneusement et à garder “le corail” qui donne au plat une saveur particulière. On trouve les crabes de terre qu'en période de Pâques, de juillet à septembre ils sont protégés. Il est tout à fait possible d'en trouver en métropole dans certains magasins exotiques mais uniquement durant cette période de Pâques, certains crabes viennent d'Afrique (Sénégal). On peut facilement congeler ce plat (sans le riz bien sûr).



Matoutou pour la Martinique, servi avec du riz à part et Matété pour la Guadeloupe, le riz est cuit avec les crabes.


Ingrédients : 

Cuisson : 45 mn- 8 crabes (généralement crabe de terre)

- 5 citrons verts
- 10 oignons pays
- 2 oignons france
- 5 brins de persil
- 1 cuillère à soupe de sel
- poivre
- 5 gousses d'ail
- 2 ou 3 tomates
- 6 cuillerées à soupe d'huile
- 5 graines de bois d'Inde + 2 feuilles
- 5 clous de girofle
- 2 feuilles de laurier
- 800g de riz
- 1,5 litre d'eau environ

Matoutou




Préparation : 40 mn

“Saigner” les crabes vivants en enfonçant la pointe d'un couteau entre les 2 yeux.

Les brosser énergiquement sous l'eau courante en insistant aux attaches des pattes. Enlever la queue repliée sous le ventre.Mettre les crabes dans un récipient contenant de l'eau et le jus de 3 citrons. Retirer l' extrémité des pattes en la cassant, et concasser légèrement les pinces pour que la sauce y pénètre.

Ôter la carapace mais conserver la “graisse” (partie marron ou jaune qui reste à l'intèrieur) avant de la jeter.
Enlever les branchies, les yeux, les mandibules. Casser le corps des crabes en 2 en y laissant les pattes.

Mettre dans un récipient de cuisson, les demi-crabes un peu écrasés, la graisse des crabes, les oignons émincés, les oignons-pays, le persil, le sel, le poivre, l'ail, les tomates en quartier, le jus des 2 citrons, l'huile, le bois d'inde en graines et en feuilles, les clous de girofle, le laurier.

Faire cuire à feu vif pour colorer, puis laisser mijoter 15 minutes. Verser le riz (pour le Matété) et l'eau sur les crabes.

Laisser cuire 30 mn environ en ajoutant un peu d'eau s'il le faut.

CUISINE HAÏTIENNE- LES POIS (PWA)

pois noir


La cuisine haïtienne est une pratique subtile car malgré très riche, elle demeure discrète dans son aspect simpliste. Mais une intrusion dans son intimité révèle l'ampleur de ses variétés de produits, de menus, de recettes et tellement d'autres aspects insolites.


Si nous devions la comparer avec la cuisine les plus populaires pour leurs variétés de recettes et de produits, entre autres, la chinoise, la cuisine haïtienne certainement ne fait nullement piètre figure. 

Une de ses spécialités insoupçonnées, et qui constitue en même temps une industrie très discrète, est celle des POIS, leur culture, récolte, leur conservation et leur cuisson.

À cause de la difficulté d'accès existant au pays, les pois récoltés sont en général séchés et conservés naturellement  avant d'être vendus dans les marchés.

 Les pois ne sont pas cultivée de manière industrielle à cause de la polyculture.  Certaines variétés sont aussi importées de l'étranger et principalement des États Unis.
Les pois sont consommés en sauce ou cuits ensemble avec  une céréale.

Certains types de pois sont récoltés presque dans toutes les régions d'Haïti.  Par contre d'autres variétés ne sont connues que dans des régions spécifiques selon le climat.

 Il existe aussi d'autres types de pois qui ne sont pas consommés en Haïti et sont taxés de non comestible par ignorance puisqu'ils constituent des mets de choix dans d'autres cuisines.

Chaque région possède ses recettes de cuisson et font du produit un élément en constante nouveauté.  Le pois apprêté en sauce est appelé Sòspwa (en français sauce aux pois).


pois kongo

Parmi les variétés de pois cultivés et consommés en sauce nous pouvons citer:
Sòs pwa wouj:  Le pois rouge est connu sous le nom d'haricot 
rouge ou kidney bean.

sòs pwa nwa;
sòs pwa blan;
sòs pwa kongo;
sòs pwa jenwa;
sòs pwa vet;
sòs pwa chikann;
Sòs pwa frans

(Recherche: Sébastien Raphael, Philippe N. Éveillard)

Les sòspwa sont sujets à la fermentation, lorsqu'ils ne sont pas très bien cuits.

Lorsqu'ils ne sont pas très bien cuits, les Sòspwa son sujets à la fermentation et se conservent très mal.

Les sòspwa non réfrigérés fermentent facilement à la chaleur. Certaines personnes ne tolèrent pas le sòspwa et on tendance à subir une indigestion. Dans ce cas, on leur fait boire un mélange d'eau avec quelques prises de bicarbonste de soude. 


Eddy Garnier

mercredi 20 avril 2011

Poulet en papillote

Riz, lentilles et poulet en papillote, tomate et paprika

Spampezi


Specialità leventinese, dolce tuttora prodotto in Valle Leventina.

Spampezi, plurale spampezie, anche se altri usano (a dipendenza dalla zona in cui viene fatto) spanpezia, spanpeze, pan spezi, pan e spezi.

L'etimologia di spampezi è facilmente intuibile; è composto da "pane" e da "spezie" in riferimento alle spezie – cannella, chiodi di garofano, noce moscata – che vengono aggiunte nel gustoso ripieno.

Sono dolci che le famiglie leventinesi confezionavano, di solito, in occasione di una festa.
Per meglio evidenziare il significato ed il valore della festa li si decorava con simboli specifici scolpiti nel legno degli stampi, opera di qualche abile artigiano locale.

Prima dell'uso gli stampi dovevano essere cosparsi con una manciata di farina, altrimenti la pasta sarebbe rimasta attaccata. Dopo l'uso non bisognav lavarli, ma unicamente spazzolarli, così si conservavano meglio.

Sullo stampo si pone una pezza di pasta, la si fa combaciare perfettamente, calcando la pasta coi polpastrelli affinchè fa le sue buche e si adatta al disegno; ogni cavità viene poi colmata dal ripieno e si getta quindi sopra una seconda coperta di pasta. Con una manovra energica si rovesciava il tutto, premendo sul tavolo. Si stacca il dolce dalla sua forma e lo si mette in forno.
(Tratto da Crèfli e spampezie, due specialità leventinesi – Museo di Leventina)

Ricetta:
1 dl panna intera
200 gr. burro
200 gr. zucchero in canna
600 gr. farina
a piacimento cannella o noce moscata

per il ripieno:
1 C miele
140 gr. noci
60 gr. pane grattugiato
300 gr. marmellata

Questa è la ricetta di mia mamma, però a dipendenza della zona in cui viene fatto, gli ingredienti possono variare.

Foto purtroppo non ne ho, chiedo a mia mamma se ne ha una e poi te la facciamo avere.
Grazie mille.

Tanti saluti.
Cinzia

samedi 16 avril 2011

Ananas au vin rouge


Quand nous étions petits, notre mère nous faisait cette recette que nous adorions, il s'agissait d'éplucher l'ananas, de le découper en tranches ou en morceaux, puis d'ajouter du sucre, de la cannelle, de la Muscade râpée et du vin, puis de mettre la préparation au frigo 1 h ou 2.

Le riz cambodgien

Riz cambodgien cuit - photo E-Z

Découvert du riz cambodgien à Carrefour, c'était une première, je n'en n'avais vu auparavant, ni même mangé de ma vie, j'ai profité pour prendre un paquet  de 500 g, puis j'ai cherché sur Internet s'il y avait une manière particulière de faire cuire ce riz, rien trouvé, donc je l'ai fait à la créole, 1 mesure de riz pour 5 mesures d'eau, voila le résultat.

Le riz est long, légèrement parfumé, mais rien à voir avec le riz thaï ou le basmati, il accompagne agréablement la viande, toutefois la cuisson est inégale, vous vous retrouvez avec un riz bien cuit ou cuit à point et des grains pas totalement cuits.

Je crois que c'est là que devrait porter l'effort des sélectionneurs, veiller à un riz de qualité égal.

jeudi 14 avril 2011

Rhum Damoiseau

Rhum Damoiseau
Le rhum Damoiseau est un rhum agricole guadeloupéen, plus précisément de la Grande Terre, au Moule.

lundi 11 avril 2011

Pain aux raisins

Des pains aux raisins fabrication maison...








Marignan

Des marignans en train de mariner

Le marignan est un petit poisson rouge que l'on mange en Martinique, il est particulièrement prisé, sa chair est tendre et parfumée.

Il est surtout consommé en court bouillon, rarement en blaff, toutefois il doit être  mangé dans l'heure de sa cuisson sinon la chair a tendance à  se contracter et devenir dur.

ps :

J'ai vu que l'on dénommait ce poisson : marignan-soldat et Holocentrus sp, au marché de Fort de France, on se contente de marignan.

La recette du chocolat à base de lait de soja façon....

Pain au beurre traditionnel
Un commentaire suite à la diffusion de la photo du pain au beurre, comment faire ce chocolat à base de lait de soja. Je vous avoue que je ne l'ai jamais  testé, il ne me viendrait pas à l'idée d'utiliser le lait de soja, car c'est assez éloigné de ma culture culinaire.


Recette :

Le lait de soja, lait concentré sucré, beurre de cacahuète, bâton cacao naturel, essence de vanille, de fleur d'oranger, cannelle. Pour le lien : farine de manioc (à défaut de la Maïzena), un grand canari, beaucoup d'amour pour le bon dosage...au bout de 3h de "mijotage", tu dois avoir une superbe croûte. Si elle est grasse - trop de beurre, changer de lait, car tu auras utilisé du lait pasteurisé.... surtout si tu n'as pas l'odeur de ta première communion, revois les essences...un petit conseil, entraîne toi chaque dimanche. 


Le jour tu seras prêtes invites nos experts en pain au beurre.... gwo bo